Rivalités en frères et soeurs

Après la formation de communication bienveillante, j'ai voulu passer à l'étape suivante : la rivalité entre frères et sœurs ! 

J'ai acheté le livre et vous offre donc le résumé de ma lecture. Bien sur, rien ne vaut la lecture complète du livre avec les nombreux exemples qui font réfléchir et qui s'adaptent à toutes les situations que nous vivons au quotidien.

Le plus dur pour moi, c'est de tenir le cap. Quand c'est tout frais, on réfléchis, on fais tout bien... Et nous avons de bons résultats... La routine se réinstalle et les mauvaises habitudes reviennent au galop surtout après une journée de travail !

il faut faire des piqures de rappels régulières... Perso, j'ai affiché les règles de bases sur notre congélateur ! Comme cela, quand je perds pieds, je retourne lire la base !

Ne pas se culpabiliser... ce qui est fait est fait, nous ferons mieux la prochaine fois et il faut se dire que c'est toujours mieux que de ne pas essayer !

Dans ce livre, on revient d'ailleurs sur les mêmes principes de bases que je vous avais expliqué dans mon autre article !

Bonne lecture à tous et bonne réflexion !


1. Accueillir ce qu'ils ont sur le cœur

Les frères et sœurs ont besoin que leurs sentiments soient reconnus :

- par des mots qui traduisent le sentiment (tu as l'air fâché)

- par des souhaits (tu souhaiterais qu'il te demande la permission avant de prendre tes affaires)

- par une activité symbolique ou créative (et si tu fabriquais une affiche "propriété privée" pour accrocher sur ta porte)


Les enfants ont besoin qu'on les empêche de se faire mal
(Arrête ! on ne fait pas mal aux autres)

Et qu'on leur montre des façons acceptables de manifester leur colère (dis lui avec des mots que tu es fâché)


2. Résistez à la tentation de comparer

Au lieu de comparer défavorablement un enfant à un autre, indiquez à l'enfant le comportement qui ne convient pas.

Décrivez ce que vous voyez

ou bien

décrivez ce que vous ressentez

ou encore

décrivez ce qui doit être fait

Au lieu de comparer favorablement un enfant à un autre, parlez seulement du comportement qui convient.


Décrivez ce que vous voyez

ou

décrivez ce que vous ressentez

3. Donner pareil c'est donner moins

Les enfants n'ont pas besoin d'être traités également. Chacun a besoin d'être traité de façon distincte.

Au lieu de donner des quantités égales :

"Voilà, maintenant tu as autant de raisons que ta sœur"

donnez selon le besoin de chacun :

"Veux tu seulement quelques raisons ou en veux tu beaucoup?"


Au lieu de démontrer un amour égal :

"Je t'aime exactement comme ta sœur"

montrez à chaque enfant que vous l'aimez de façon spéciale :

Il n'y a qu'un seul toi dans le monde entier. Personne ne pourra jamais prendre ta place.


Au lieu de donner votre temps de façon égale :

Quand j'aurais passé 10 min avec ta sœur, je passerais 10 min avec toi

consacrez un temps qui correspond au besoin :

Je sais que je passe beaucoup de temps à revoir la rédaction de ta sœur. C'est important pour elle. Dès que j'aurais terminé, je veux que tu me dises ce qui et important pour toi.


4. Ne laissez personne enfermer un enfant dans un rôle

Ni ses parents :

Au lieu de : "Jean, as tu caché la balle de ton frère ?
Pourquoi es tu toujours aussi méchant?"

Dites : "Ton frère veut qu'on lui rende sa balle"

Ni l'enfant lui même :

L'enfant : "je sais que je suis méchant"
Vous : "Tu es aussi capable d'être gentil"

Ni ses frères et sœurs

Sœur : "Jean, tu es méchant !"
Vous : "Essaie de lui demander autrement. Tu seras peut-être surprise de voir comme il peut être généreux.

Si Jean fait mal à son frère, occupez vous du frère sans attaquer Jean.

"Ca doit faire mal. Tu veux que je frotte doucement ?
Jean a besoin de s'exprimer avec des mots, pas avec ses poings !"


5. Comment régler les disputes

Niveau I :
Chamailleries normales


1. Pensez à vos prochaines vacances

2. Dites-vous que vos enfants font un expérience importante en matière de résolution de problèmes


Niveau II : La situation se dégrade. L'intervention d'un adulte pourrait être utile.

1. Reconnaissez leur colère (Vous avez l'air furieux l'un contre l'autre !)

2. Reflétez le point de vue de chacun des enfants

3. Décrivez le problème avec respect

4. Manifestez votre confiance dans la capacité des enfants à trouver une solution qui leur convient mutuellement

5. Quittez la pièce


Niveau III : Situation qui pourrait devenir dangereuse

1. Informez vous

2. Rappelez-leur la règle

3. Si le jeu est trop rude selon vous...

"vous êtes peut être en train de jouer, mais je trouve ça trop rude. Vous devez trouver une autre activité."


Niveau IV : Situation définitivement dangereuse ! Intervention indispensable de l'adulte

1. Décrivez ce qu'il se passe

2. Séparez les enfants

Quand les enfants ne réussissent pas à trouver des solutions par eux mêmes

En gros, on fait un brainstorming pour ceux qui connaissent !

1. Réunir les adversaires. Leur expliquer l'objectif et les règles de base

2. Ecrire les sentiments de chacun et les préoccupations puis les lire à haute voix

3. Accorder du temps pour le droit de réponse

4. Inviter les enfants à proposer des solutions

Ecrire toutes les idées sans les évaluer

5. Choisir les solutions qui sont acceptables pour vous

6. Prévoir un suivi

par Adèle Faber et Elaine Mazlish

​Bon courage avec vos p'tits loups !

Jeux et activités de 0 à 6 ans - Dès la naissance ...
Rentrée au Café P'tit Loup

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
lundi 26 juin 2017

Image Captcha